“Qu’il est beau, comme notre « Van »”, disent deux Arméniens, assis au bord du lac. Mais la nuit tombée, ils remarquent qu’il fait mauvais et ils disent : « Non, c’est Sev Van » (Van noir). C’est ainsi que le lac s’est appelé « Sévan ».

Tout d’abord il faut dire que l’Arménie historique comptait trois lacs : Van, Ourmia et Sévan. Malheureusement le lac Van est en Turquie, le lac Ourmia se trouve en Iran et en somme, nous avons seulement le lac Sévan dans les circonstances actuelles.

Le lac Sévan, perle bleue de l’Arménie, est une merveille. Il est entouré de quatre côtés de chaînes montagneuses : Guéghama, Arégouni, Sévan de l’Est et Vardénis (Vardaniats). C’est effectivement un lac montagneux, à savoir qu’il est le deuxième lac montagneux (1912m d’altitude) du monde, après le Titicaca (Amérique du Sud).

Autrefois, on l’appelait mer, Mer Guéghama, portant le nom de la chaîne montagneuse de l’ouest. Au fur et à mesure, le niveau de la mer baisse, transformant l’île en presqu’île. Mais ce n’est pas par la voie naturelle. Au contraire, après la Seconde Guerre mondiale on a eu l’idée de diminuer le niveau du lac dans le but de produire de l’électricité. En admettant que c’était bien, la production de l’électricité, on pouvait être satisfait, mais en réalité, c’était une catastrophe écologique. La faune et la flore en ont beaucoup souffert. Mais il faut souligner que la truite était et reste toujours le prince du lac, comme le considèrent et l’appellent les Arméniens.

Il est à noter qu’avec l’abaissement du niveau du lac, on a eu néanmoins un côté positif. Une partie du village de Ltchachène qui était sous l’eau, est sortie avec toute sa splendeur.

L’eau, toujours en mouvement, a couvert une partie de l’habitat du village de Ltchachène et, avec l’abaissement du niveau du lac, elle a été découverte dans les années cinquante. Sous l’eau douce de Sévan, les objets trouvés étaient bien conservés. On a fouillé une dizaine de chars funéraires des chefs de tribu, datés du 15ème siècle avant J.C., des bijoux en or, en bronze (tous sont exposés au Musée d’histoire d’Arménie), ainsi qu’un grand nombre de squelettes, de crânes qui était la plus grande concentration du Caucase. Très vite, le site est devenu l’épicentre de l’intérêt de tous les grands savants de l’époque. Au résultat des expéditions scientifiques et des comparaisons, on trouve que sur le plan génétique il n’y a pas de différences entre l’Arménien d’aujourd’hui et l’ancien habitant de Ltchachène. Certes, nos ancêtres habitaient Ltchachène, qui était l’un des berceaux de la civilisation du plateau arménien.

Certainement, le lac Sévan est un site exceptionnel avec son histoire, son paysage, sa presqu’île avec le Sévanavank (monstère de Sévan) au sommet, témoin de la religion arménienne, et le séminaire Vazguènyan sur la pente.

Donc, concevez votre voyage en Arménie avec nos experts et venez prendre plaisir avec cette merveille.

Consultez nos voyages organisés en Arménie en groupe de 10 à 15 personnes maximum. Nos circuits sont conçus aux meilleures saisons de l’année.

En attendant, voyagez virtuellement en Arménie à travers des photos postées sur nos pages Twitter et Facebook.

Auteur : Zarouhie Gasparyan